mardi 10 mars 2009

Le benoit de la semaine


Le benoit de la semaine (les Régis n'en méritent pas tant)

Nouvelle rubrique, en gros le gars (ou la femme ne soyons pas sexiste) qui aurait mieux fait de fermer sa gueule, ou mieux de ne pas naître (même si la diversité des êtres humains permet d'en admirer certains relativement à d'autres...)

Cette semaine, grand vainqueur toute catégorie, à faire passer monseigneur Richard Williamson pour un enfant de choeur, Monseigneur Dom José Cardoso Sobrinho a voulu lui aussi se faire connaître, dans le but sans doute de renforcer les concurrents évangélistes de tous poils...

Il a décidé, dans sa grandeur d'âme compassionnelle, d'excommunier la mère d'une fillette de 9 ans violée par son beau-père depuis qu'elle a 6 ans ce qui a déclenché des règles puis une grossesse de jumeaux, mettant bien évidemment en danger la santé de la fillette/femme. Et tout le corps médical a aussi été excommunié comme complice par la même occasion.

Or il se trouve que la loi anti-avortement en Amérique latine est bien faite (à mon goût, pas au vôtre mesdemoiselles) : l'avortement est interdit sauf en cas de viol, ou si la santé de la mère est en danger (ce qui est traditionnel depuis le début de la médecine).

Cette pauvre fille est dans ces deux cas, la famille, les médecins, et même Lula le président ont justifié cet avortement. Mais rien n'y fait selon l'archevêque coincé, «Le viol est moins grave que l'avortement».
Et bien soyez exhaussé mon cher, je souhaite que soyez violé autant qu'il soit possible par toutes les "brésiliennes" consentantes, et voyez comme la nature est bien faite (pas par un dieu catholique en tout cas) : vous n'aurez même pas besoin de vous faire avorter ensuite !

Il a été bien sûr soutenu par son cardinal Giovanni Battista Re, sans doute par jalousie médiatique... Non en réalité tout cela est une jeu politique interne à l'église qui consiste à resserrer les rangs de l'église d'Amérique latine autour de la "tradition" et du pape, et d'évincer tous les gauchistes qui avaient fait son succès. Cela n'est pas nouveau, on peut comparer cela à la chasse aux jésuites du XVIIIe siècle sur le même continent (cf le film Mission).

2 commentaires:

Claudius a dit…

Le pape vient bien de déclarer que le préservatif favorisait la propagation du sida.
Je pense qu'en matière de "Benoit" il est indépassable.
Comme l'a dit un chroniqueur, il y a incompatibilité ente la calotte et la capote.

marcoilbiondo a dit…

Oui ça devait être le benoit de cette semaine, à tout seigneur tout honneur ^^